conseil : toujours mettre du chaud sur une blessure

Cette habitude, courante voire dogmatique, d’utiliser de la glace et/ou la cryothérapie pour des pathologies aigües et chroniques des tissus mous n’est pas adaptée à une guérison rapide.

La Médecine Traditionnelle Chinoise porte le froid en horreur depuis toujours :  Le mouvement c’est la vie, le froid c’est la mort.

La médecine occidentale concentre son intervention sur le symptôme pour soulager la souffrance et dans certains cas l’utilisation du froid peut être opportune.

Ainsi, certains chirurgiens utilisent la cryothérapie et donc le froid pour détruire les tissus anormaux pour des pathologies cardiaques ou des tumeurs de peau bénignes. Le froid est aussi utilisé en réanimation et pour ralentir un métabolisme afin que les cellules se nécrosent moins vite, c’est le cas par exemple lors d’interventions du coeur.

C’est en 1978 que le médecin américain Gabe Mirkin invente le protocole RICE (Rest, Ice, Compression, Elevation) pour traiter les traumatismes, cette technique est encore très largement utilisée de nos jours, …. à tort.

glace blessure genou

Dans cette technique, la glace est posée sur la zone atteinte :

* lors d’accidents traumatiques aigüs de types entorses ou suite à des chocs/coups direct,
*  de façon post-opératoire à des actes de chirurgie,
* pour des pathologies chroniques de sur-sollicitation de types tendinopathies, périostites …

L’effet anesthésiant de la glace va certes atténuer la douleur mais ne va pas contribuer à la résolution du problème.

Ce même docteur Mirkin fait marche arrière aujourd’hui et remet en question ses conclusions passées en affirmant que la glace retarde la récupération ce que dit la Médecine Traditionnelle Chinoise depuis des millénaires.

Dans son ouvrage (« Iced! The illusionnary Treatment Option »), Gary Reinl fait référence à 25 études cliniques d’ experts sur le sujet. Toutes ces sources récentes, ont la même conclusion sans exception:

On peut voir une inflammation sans guérison, on ne peut guérir sans inflammation.

Guérir nécessite donc une INFLAMMATION, c’est un processus physiologique normal :

Quand les muscles ou autres tissus sont lésés, le système immunitaire envoie des cellules inflammatoires vers la zone touchée : C’est en fait la première phase de guérison, la deuxième est la réparation et la troisième le remodelage.

C’est un processus séquentiel obligatoire, on ne peut échapper à ces trois phases. Si on tente d’échapper à la première, on empêche les deux autres.

Ainsi l’application de froid brise ce processus : la glace empêche les cellules de guérison d’atteindre la zone affectée, simplement par la constriction des vaisseaux sanguins coupant ainsi l’arrivée de la circulation. Cette baisse de la circulation peut entraîner la mort des tissus voire causer des dommages irréversibles aux nerfs.

La Glace empêche de circuler, réduit la force, la vitesse et l’endurance

Le froid ralentit la conduction nerveuse et inhibe le métabolisme (catabolisme et anabolisme) nécessaire au fonctionnement humain. La glace est pourtant utilisée pour que l’athlète retourne au jeu…plus vite…

Il existe un principe utilisé en médecine chinoise:  « BU TONG ZE TONG, TONG ZE BU TONG » qui peut se traduire par : Toute entrave de la circulation entraîne une douleur, si on restaure la circulation, les tissus se régénèrent et la douleur disparaît.

Les gestes courants suivants vont par exemple empêcher l’inflammation et retarder ainsi le délai de guérison:

* L’application de la glace,
* Les médicaments à la cortisone,
* Les anti-douleurs,
* Les Anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS), les immunosuppresseurs.
….

Et de façon générale tout ce qui bloque la réponse immunitaire vers la région touchée, en empêchant le signal naturel de répondre au problème.

Pour la solution, décongestionner la zone atteinte est souvent la clé.

Les AINS ne permettent pas cette décongestion. Les déchets peuvent s’évacuer lorsque la zone touchée est régénérée via le réseau lymphatique.

Une étude australienne a montré que l’ibuprofen arrête la production des fibroblastes, mais lorsque les tissus sont déchirés, ils ont besoin justement des fibroblastes, de plus, les AINS empêchent la consolidation osseuse en cas de fracture.

Certains sportifs utilisent aussi ce type de médicament pour la récupération entre les efforts ou à titre préventif, alors que la prise de médicament court-circuite des cascades de réactions physiologiques et fragilise la musculature.

La Glace empêche de circuler, le froid bloque, contracte, coagule.

La glace inverse et empêche le drainage lymphatique ce qui entraîne l’accumulation des liquides d’où à terme le gonflement de la zone touchée.

La glace augmente le gonflement et retarde la destruction des déchets!

Avec la glace, il y a guérison incomplète et le taux de chronicité est plus élevé. La glace empêche en effet le renouvellement de matériaux nouveaux par ralentissement du métabolisme.

Une autre observation significative est que la zone reste froide longtemps après l’application, il y a une hypothermie locale. Cela favorise la survenue de ce qu’on appelle un syndrome BI en médecine chinoise, ce qu’on appelle en occident un« rhumatisme ».

Le repos complet n’est par ailleurs pas favorable, l’immobilité stricte est néfaste et le mouvement permet de faire circuler les déchets.

La Médecine Traditionnelle Chinoise est remarquable pour traiter les traumatismes et a fait ses preuves depuis longtemps puisqu’elle s’est développée à une période ou les guerriers blessés étaient nombreux.

Cet art médical nous enseigne à utiliser opportunément la chaleur, des techniques manuelles et/ou d’acupuncture ainsi qu’un choix de plantes ou substances (pharmacopée) à appliquer en externe et/ou à consommer par voie orale.

 

Bibliographie:

– Blog Vincent Thumelaire, praticien en médecine traditionnelle chinoise
-The American Journal of Sport Medicine, janvier, juin 2013
-Federation of American Societies for Experimental Biology, novembre 2012
-Iced! The Illusionary Treatment Option- Gary Reinl
-Cours de Frank Butler et Tom Bisio: Traitement des Trauma par l’application externe de la pharmacopée chinoise     -Sport et Vie n°81
-drmirkin.com
-British Journal of Sport Medicine 2012
-Journal of Emergency Medicine 2008
-Journal of strength and conditioning 2013